Pleine Lune du 21 janvier à 5h16 TU


La Pleine Lune Verseau/Lion avec éclipse lunaire totale se fait au carré d'Uranus, maître de la PL, Soleil conjoint/ Lune en opposition Mercure/Pluton. Au sextile/trigone de Chiron et au semi-carré/sesquicarré de la conjonction Jupiter/Vénus.
Saturne, maître de la Lunaison, est au carré de Mars.


 

Cette première Pleine Lune de 2019 avec éclipse lunaire totale se trouve donc conjointe à l'axe des Noeuds qui se trouve à la toute fin de l'axe Capricorne/Cancer. Nous sommes à un tournant essentiel de notre évolution, qui peut paraître un peu abrupt pour certain.e.s d'entre nous.

Nous n'avons d'autre choix que de nous extraire d'un temps passé ; nous le savons vivre dans un temps passé est énergivore et peut épuiser nos ressources vitales. L'angoisse peut nous assaillir, nous sommes dans un angle mort, aveugles à ce qui vient à nous. Nous pouvons nous sentir incapable de faire quoi que ce soit, gratitude ! il n'y a plus rien à faire que de rester ici dans notre intérieur d'où une nouvelle conscience jaillit. Observons...

Il est de notre responsabilité de ne pas nous laisser aller à la peur. Nous l'avons tant de fois connue, elle nous a tant de fois tenu tête ! Aujourd'hui nous pouvons la mettre à distance et nous tourner vers l'accumulation de puissance et de ourage à notre disposition.

Etonnement, une solide confiance, venue d'on ne sait où, frémit au fond soi, voir même un enthousiasme irréprésible... Il n'y a aucune raison et pourtant cette connection à ce mouvement intérieur d'optimisme peut gommer irritabilité et tensions, il suffit d'avoir foi en soi et dans le soutien de l'univers entier. Nous sommes cet uni-vers...

Un ordre invisible se met en place. Que pouvons-nous faire nous les petits humains à l'ego si disproportionné ?

MEDITER, c'est à dire, se poser en soi. Et nul besoin de plusieurs années d'apprentissage d'une posture.

La vaisselle est à faire ? alors allons-y et observons chaque parcelle de notre corps engagée dans cet exercice de nettoyage. C'est ici que commence l'engagment vrai envers la vie.

Vous avez envie de regarder la télé ? Allons-y ! Observons comment tout notre corps repose sur le siège, comment se positionne notre regard, nos yeux tombent au fond de leur orbite. Pouvons-nous observer nos oreilles écouter le blabla de la télé ? C'st l'exercice le plus difficile...

Vous souhaitez lire les degrés Sabian qui suivent ? Allons-y, observons le parcours de nos yeux sur l'écran, comment le reste du corps se positionne, observons comment notre mental reçoit les mots dès leur compréhension. Observons comment notre corps est à l'écoute de ces mêmes mots, quelles sont les parties de notre corps qui réagissent à cette lecture ?

Vous avez envie de rester dans le silence ? Allons-y, écoutons le silence et son cheminement à l'intérieur de notre être. Peut-être même que nous y verrons la Pleine Lune, rouge sang, nous sourire !

Il y a mille et une façons de se poser en soi à chaque instant et de laisser venir à soi ce qui vient à soi. La paix est nôtre dès lors que nous nous tournons vers l'intérieur.

En vous souhaitant une belle Pleine Lune tout en conscience !


A méditer pour profiter pleinement de cette Pleine Lune :

Les degrés du Soleil et de la Lune éclipsée :

Une vieille mission californienne en briques : la faculté propre à toutes les grandes œuvres humaines de perdurer bien au-delà de la vie de leurs instigateurs.

Les travaux et l'esprit des prêtres espagnols qui dirigèrent la création des missions californiennes ont eu une influence durable sur le développement de cette région. Ces édifices témoignent de la présence d'hommes qui furent capables d'imprimer leur marque sur cet environnement étranger. Si le Capricorne commence avec un symbole de pouvoir sociopolitique, le Verseau, à son début, propose une image plus idéaliste et créatrice, spiritualisée, des forces sociales en œuvre. De plus, cette image insiste sur le caractère permanent des réalisations humaines auxquelles une vision altière des choses donne une âme. Ce symbole, à tout le moins au sein du cadre de référence de notre civilisation occidentale, évoque la projection d'un noble idéal en des formes concrètes de beauté et de sens, donc le rayonnement d'une vertu « civilisatrice » en une institution offrant aux hommes primitifs l'opportunité de parvenir, à un échelon d'activité supérieur, plus organisé et plus productif.

L'objet de cette étape est la concrétisation d'un idéal. Ceci implique aussi l'« immortalisation » d'un individu au sein d'une grande entreprise collective et culturelle.

Le sang monte à la tête d'un arriviste gagné par la fièvre de l'ambition : irruption d'énergies bio-psychiques dans le cercle de la conscience et du moi

La tradition ésotérique fait état de trois sortes de « Feu » : Feu électrique, Feu solaire et Feu par friction auxquels correspondent les trois signes de Feu du zodiaque. Le Bélier a trait à la « descente » de l'énergie spirituelle propre au Verbe créateur. Sous son aspect matériel, nous connaissons cette énergie sous la forme de l'électricité; or sans l'énergie électrique aucune vie ne pourrait se développer. Le lion représente le Feu solaire, l'aura que dégage une personne harmonieuse soit par des radiations spontanées de formes d'énergie en apparence nucléaires, soit au niveau véritablement humain et conscient (et aussi suprahumain dans des sphères encore plus élevées), au gré d'émanations conscientes (é-mana-tions, de manas signifiant « mental » en sanskrit). Le Sagittaire est rattaché au Feu par friction, étant donné que toute dynamique sociale repose sur des relations interpersonnelles, lesquelles impliquent une polarisation et souvent un conflit. Le symbole clef pour le Lion dépeint l'ascension de l'énergie depuis le cœur jusqu'à la tête, un phénomène de « mentalisation ». Mais la chose n'est pas sans danger ; d'où l'énoncé initial de cette scène : « un cas d'apoplexie », comme si l'on se tenait tête nue sous un soleil brûlant au risque d'une insolation. Le Soleil peut détruire comme il peut donner vie. Sans son complément symbolique, l'eau, il transforme la terre en désert. La réalisation de l'atman, l'identité spirituelle, l'existence d'un moi structuré et stable --- à la condition que le moi puisse devenir une lentille pure et cristalline condensant la lumière cosmique omniprésente du Brahman sans que l'orgueil, l'esprit de possession et la « monstration » n'y projettent leur ombre. Cette « condition », toutefois, soulève un gigantesque point d'interrogation. Le passage de la « vie » à l'« intelligence » représente une difficile transmutation.

Cette seconde étape procure, elle aussi, un contraste avec la première. Ce qui était un problème personnel est dorénavant perçu comme un danger collectif. Nous avons donc affaire à la diffusion contagieuse d'expériences individuelles.

 


Degré Sabian de Saturne, maitre de la Lunaison, est à 14° Capricorne lors de la Pleine Lune

Un bas-relief antique gravé dans le granite témoigne d'une culture depuis longtemps oubliée : La volonté d'exhumer, dans notre culture comme dans toute autre culture, ce qui détient une valeur permanente et d'abandonner ce qui n'est pas essentiel.

Notre époque de remise en question quasi générale exige que l'on fasse la distinction entre valeurs permanentes (grands principes et symboles) et les errements qui à l'échelon personnel ou sociopolitique ont le plus souvent abouti à une déformation, voire une négation, des idéaux originels de la civilisation. Il nous faut protéger ces idéaux de l'excroissance anarchique de notre égoïsme (personnel ou de classe) ainsi que de l'avidité et de l'ambition si répandues dans la nature humaine. De là, on apprendra à apprécier le mérite attaché aux fondements immortels et aux moissons spirituelles de toute culture, ainsi que, par extension, tout travail sérieux pour parvenir à quelque perfection par la grâce d'efforts indomptables.

A ce stade, on nous montre le procédé qui nous permet d'apprécier avec sérieux et profondeur les phénomènes socioculturels sous leurs aspects les plus durables. Ce dont on a besoin est d'un regard pénétrant et courageux sur les choses, reposant sur une perspective historique valable. Ceci s'applique au passé d'un individu autant qu'à l'histoire d'une nation ou d'un groupe.

 

Degré Sabian de Pluton, acteur essentiel de la Lunaison est à 22° Capricorne lors de la Pleine Lune

En acceptant la défaite de bonne grâce, un général montre la noblesse de son caractère : comprendre que l'échec peut nous apporter autant, voire plus, que la réussite.

Tandis que le degré précédent illustrait le mouvement vers le succès grâce à des efforts déployés au sein d'une structure sociale, celui-ci nous décrit la possibilité de changer une défaite extérieure apparente en accomplissement spirituel intérieur. Nous avons récemment constaté comment certaines nations après avoir subi une déroute complète (l'Allemagne et le Japon) ont effectué un « grand bond en avant » économique exceptionnel. Beaucoup repose sur la nature de la volonté et sur l'intégrité intérieure de la personne.

A ce second stade, nous découvrons un paradoxe, semble-t-il ; or la vie spirituelle est toujours paradoxale. Le pécheur impénitent peut devenir un saint irréprochable, et un Pape au Moyen-âge un criminel. Ce qui importe presque toujours est la force intérieure.

 

Degré Sabian d'Uranus, maitre de la Lunaison, est à 29° Bélier

La musique des sphères. : harmonie avec l'ordre cosmique.
La quatrième étape d'une suite quinaire présente souvent une technique. Cette technique repose: sur les expériences que relatent les symboles; précédents. Dans ce cas, on devrait, une fois initié à une sphère nouvelle de possibilités d'action, apprendre les principes harmoniques qui la régissent. La musique des sphères est l'incarnation, céleste des principes d'échange polyphonique. Une fois « sur le chemin », on devrait chercher à comprendre qu'elle est notre place dans le vaste schème de l'évolution du genre humain, dans l'immense Accord que fait résonner l'harmonie de l'univers.

Le message que ce symbole adresse au chercheur est d'écouter la voix intérieure. L'écouter, certes, mais sans en faire pour autant une chimère à l'apparence humaine. C'est la Voix du Tout, dont on commence à se reconnaître comme une infime - et pourtant importante - parcelle ; car chaque note au sein de l'Accord universel a sa place et son sens indéracinable.